TF1 : le débat à cinq suscite la colère des petits candidats

TF1 tente de rassurer après l’annonce controversée de son «  débat à cinq  » du 20 mars. Les candidats qui ne participeront pas au grand débat organisé par la chaîne avant le premier tour de la présidentielle auront droit à des interviews «  réalisées lors des grands carrefours d’information de la chaîne  », a annoncé la chaîne.

A l’annonce de son émission qui réunira uniquement les cinq principaux candidats, le Conseil supérieur de l’audiovisuel avait demandé plus de précisions à TF1 sur son projet d’émission, se demandant si ce débat à cinq correspondait à «  une expression pluraliste de l’opinion  ».

TF1 a souligné mercredi qu’elle «  respectera, d’ici le 9 avril 2017, l’équité du temps de parole et du temps d’antenne en offrant des conditions de programmation comparables à l’ensemble des candidats déclarés à l’élection.  »

Nicolas Dupont-Aignan a appelé au boycott de la chaîne

La direction de la chaîne devrait être auditionnée la semaine prochaine par le régulateur, qui a déjà reçu plus de 250 signalements au sujet de ce débat, a indiqué une porte-parole du CSA. Plusieurs candidats se sont aussi montrés réticents face à ce format à cinq. Ecarté du TF1 en raison de scores insuffisants dans les sondages selon les critères de TF1, le candidat de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan a envoyé une lettre de protestation au CSA. Il a aussi appelé au boycott de la chaîne.

Marine Le Pen a souhaité de son côté que «  tous les candidats ayant obtenu leurs parrainages  » soient invités aux débats télévisés du 1er tour. France 2 a répliqué de son côté en annonçant une émission avec «  tous les candidats retenus par le Conseil constitutionnel  », prévue à quelques jours du premier tour.