Sécurité routière : la mortalité en hausse en 2016

La courbe tarde à s’inverser mais la tendance à la hausse depuis deux ans est contenue. Le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a augmenté de 0,2 % en 2016, avec 3.469 personnes tuées, soit huit de plus que l’année précédente, a annoncé ce lundi le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux.

Après les hausses enregistrées en 2014 (3.384 morts, +116 tués par rapport à 2013, soit +3,5 %) et 2015  (3.461 morts, +77 tués, soit +2,3 %), la France connaît donc une troisième année consécutive d’augmentation de la mortalité routière, une première depuis 1972.

«  L’année 2016 s’inscrit dans une tendance à la stabilisation, sans malheureusement cette rupture qu’on était en droit d’attendre de par notre engagement au cours des deux années de hausse de 2014 et 2015  », a déclaré Bruno Le Roux devant le Conseil national de sécurité routière (CNSR).

Ces trois mauvaises années – qui interviennent après douze ans de baisse conclus sur un plus bas historique en 2013 (3.268 morts) – ternissent le bilan du quinquennat de François Hollande en matière de sécurité routière. Même si la mortalité devrait être globalement en baisse sur l’ensemble du mandat, l’objectif fixé en 2012 par Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, de passer sous la barre des 2.000 morts en 2020 semble lointain.

Un plan contre le «  relâchement des comportements  »

Sans avoir pu amorcer une baisse, le gouvernement se félicite d’avoir quasiment stabilisé la situation, après avoir notamment lancé deux plans en janvier (26 mesures) et octobre 2015 (22 mesures principales et 33 complémentaires) face au «  relâchement des comportements  » à l’origine de ces mauvais chiffres, selon le ministre de l’Intérieur de l’époque, Bernard Cazeneuve.

Parmi ces mesures  : l’interdiction du kit mains libres au volant, l’abaissement du taux d’alcoolémie pour les conducteurs novices (0,2 g/l de sang), l’expérimentation de tests salivaires pour détecter les stupéfiants et l’augmentation du nombre de radars (500 supplémentaires d’ici à fin 2018 et 10.000 radars «  leurres  »). Le gouvernement entend également obliger les chefs d’entreprise à identifier leurs salariés pris en infraction au volant d’une voiture de société, afin que les points soient éventuellement retirés de leur permis.

L’éternel débat du 80 km/h

Mais certaines associations lui reprochent de ne pas avoir abaissé de 90 km/h à 80 km/h la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires bidirectionnelles, ce qui permettrait selon elles de sauver jusqu’à 400 vies par an. A une baisse généralisée qui ne serait «  pas comprise  » par l’opinion, Bernard Cazeneuve avait préféré le «  pragmatisme  » d’une expérimentation a minima sur 81 kilomètres de routes. Elle s’achèvera en juin 2017, une fois passée l’élection présidentielle. Alors que débute la dernière ligne droite du quinquennat, son successeur place Beauvau Bruno Le Roux relance également ce lundi le Conseil national de sécurité routière (CNSR), l’instance consultative considérée comme le «  parlement  » de la sécurité routière qui n’avait plus siégé depuis plus d’un an.

Le CNSR sera désormais présidé par le député de l’Orne Yves Goasdoué qui succède à Armand Jung, démissionnaire pour raisons de santé. La composition de cette assemblée de représentants d’associations, d’organisations professionnelles, d’experts et de responsables de l’administration a été élargie pour y intégrer de nouveaux domaines d’expertise et des représentants d’entreprises. Elle sera également réorganisée autour de nouvelles commissions pour «  coller aux nouveaux besoins  » (vieillissement de la population, essor du numérique…) et «  explorer de nouvelles pistes  », selon une source proche du dossier.