Folle journée : la musique classique s’invite à Nantes

Des «  Quatre saisons  » aux imitations de chants d’oiseaux, la 22e édition de la «  Folle journée  » de Nantes, l’un des plus grands festivals de musique classique, célèbre à partir de ce mercredi et jusqu’à dimanche cinq siècles de compositions autour du thème de la nature.

Dans la foulée de la COP21, le thème de cette édition veut «  montrer à quel point la nature est essentielle pour l’inspiration des musiciens, depuis la Renaissance jusqu’à la musique d’aujourd’hui  », explique René Martin, créateur et directeur artistique de ce festival.

Tout en «  gardant la même exigence artistique  », le festival, qui «  connaissait un essoufflement  », s’est tourné il y a deux ans «  vers des thématiques qui permettent de balayer plusieurs siècles de musique classique et ouvrir à d’autres musiques  », souligne Joëlle Kerivin, nouvelle directrice générale de la société organisatrice. Après Les Passions de l’an dernier, les éditions 2017 et 2018 auront pour thème «  la danse  » et «  l’exil  ».

Des découvertes

Le public est toujours bien au rendez-vous  : 103.000 billets ont été écoulés en 24 heures,sur les 160.000 à la vente, pour les quelque 300 concerts qui seront donnés pendant cinq jours, du matin jusque tard le soir. Les mélomanes pourront écouter les «  Quatre saisons  » de Vivaldi dans trois ou quatre versions différentes, mais aussi sa «  reconstitution  » pour musique électronique, imaginée par le compositeur allemand Max Richter. De nombreuses oeuvres autour du bestiaire sont programmées, dont le célèbre «  Carnaval des animaux  » de Camille Saint-Saëns. Le directeur artistique promet une «  Folle journée de découvertes  » avec des ensembles de musiques traditionnelles, venus d’Iran, de Chine ou du Japon, où la musique est très empreinte de nature. L’occasion pour les néophytes d’entendre les sons d’un kamanche andalou, d’un taïko (un tambour) japonais ou d’un erhu (violon) chinois, joués par de «  grands maîtres  ».

Cosmos et chants d’oiseaux

Le festival s’ouvre sur la musique actuelle et contemporaine, avec la création «  Time Lapse  », une collaboration du bruiteur sarthois Ezra et du pianiste Francesco Tristano, qui mêlera beat box et musique classique. L’astrophysicien Hubert Reeves montera une fois par jour sur scène pour conter le cosmos, dans un spectacle intitulé «  Cosmophonies  », avec l’Ensemble Calliopée, tandis que deux imitateurs de chants d’oiseaux viendront siffler des milliers de sonorités. Grande nouveauté, le concert d’ouverture sera joué mercredi soir simultanément à la Cité des Congrès de Nantes et dans sept communes de la métropole. Une nouvelle scène, installée dans une serre des Jardin des plantes, permettra une immersion totale dans les bruits de la nature.