Architecture : les oeuvres de Le Corbusier sont désormais inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco

Dix-sept réalisations de Le Corbusier, dont dix situées en France, ont été inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco.

« La proposition a été adoptée sans changement, par consensus. C’était proposé pour inscription et le comité a suivi la recommandation », a précisé à l’AFP Agnès Bardon, une porte-parole de l’organisation internationale, jointe au téléphone.

La décision a été prise lors de la 40e session du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco à Istanbul, suspendue samedi 16 juillet en raison de la tentative de putsch militaire, avant de reprendre le lendemain matin. Parmi les réalisations classées, celle de Firminy (centre-est de la France), le deuxième plus grand site après celui de Chandigarh en Inde, avec un quartier, sa maison de la culture, son stade, sa piscine et son église ou encore la « Cité radieuse » à Marseille.

Valoriser et protéger ce patrimoine

« Cette bonne nouvelle survient après plus de dix ans de travail, de concertation et deux échecs », s’est félicité dans un communiqué Benoît Cornu, premier adjoint à Ronchamp (Haute-Saône), qui préside depuis 2016 l’Association des Sites Le Corbusier créée en 2010. « Cette étape n’est pas un aboutissement ! Il s’agit, désormais, de valoriser ce patrimoine devenu mondial, de le protéger et de le léguer à nos héritiers dans les meilleures conditions, pour qu’ils en fassent de même », a-t-il ajouté. La ministre de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, s’est également réjouie de la décision de l’Unesco, en relevant qu’elle soulignait « l’importance de la préservation et de lavalorisation du patrimoine récent, de moins de cent ans ».

« La loi du 7 juillet dernier relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine a ainsi créé un label spécifique permettant de veiller sur cet héritage architectural récent, que le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco vient lui aussi de mettre en lumière », a relevé Mme Azoulay. « Une séance extraordinaire doit être organisée à Paris, en septembre prochain, pour les candidatures qui n’auront pas pu être examinées à Istanbul », a précisé dimanche à l’AFP, au téléphone, Marc Petit, un membre de la délégation française présente sur place et fondateur de l’Association des sites Le Corbusier.